Hakini mudra ou la logique jusqu’au bout des doigts

Sherlock (1 sur 1)-3

Pluie battante, premier janvier, grosses chaussettes. Il n’existe sans doute pas de moment plus propice pour se lover dans son fauteuil préféré et vibrer au rythme des enquêtes du légendaire Sherlock Holmes. Je suis particulièrement heureuse d’avoir dévalisé les étagères du bouquiniste du coin de la rue, toute passionnée que je suis par la littérature policière anglaise.

Ce regain d’intérêt pour Sherlock, je le dois à Benedict Cumberbatch et son acolyte Martin Freeman, grâce à la série éponyme dont je me suis empiffrée entre les fêtes.

Mais venons-en au fait.

À l’encre comme à l’écran, s’il y a bien un aspect du détective qui n’a pas été négligé, c’est sa gestuelle. Et si le secret de la pensée sherlockienne résidait dans la position des mains qu’il adopte volontiers?


Sherlock (1 sur 1)-5

“Sherlock Holmes rassembla l’extrémité de ses dix doigts comme il le faisait fréquemment lorsqu’il avait l’humeur enquêteuse”, raconte Watson dans La ligue des rouquins.


Par ses mots, Arthur Conan Doyle a construit un homme*: l’auteur n’a rien laissé au hasard, pas même l’expression de ses mains.

Si le fait de joindre le bout des doigts fait  partie des gestes intuitifs que l’on peut observer chez soi ou des personnes de son entourage, il appartient aussi à la catégorie des hasta mudras. Et c’est ici que le yoga rejoint notre propos. Les hasta mudras sont des gestes des mains qui permettent de manifester certaines idées ou qualités abstraites, ou d’orienter le prana pour le concentrer à certains endroits du corps. Celle qui nous concerne aujourd’hui porte le nom d’Hakini.

Rassembler ses doigts, rassembler ses pensées

Hakini est dans les textes tantriques la déesse du front, siège du troisième oeil, là où la concentration rencontre l’imagination.  Ce n’est probablement pas un hasard si nous esquissons intuitivement ce geste lorsque nous cherchons à nous remémorer un détail ou à trouver une idée neuve. Hakini mudra est en effet réputée pour augmenter notre capacité de concentration, générer un sentiment de calme qui invite à la réflexion, approfondir et ralentir notre respiration, oxygéner nos pensées.

Hakini mudra

Joindre les extrémités des doigts permettrait d’équilibrer et de favoriser la connexion entre les hémisphères cérébraux, pour harmoniser leur activité. L’hémisphère droit, créatif, s’associe au raisonnement analytique de l’hémisphère gauche: c’est le mariage de la raison et de l’intuition. Je crois que l’on peut se fier à Sherlock dans ce domaine…


Yogis des temps anciens ou d’aujourd’hui, Sherlocks en devenir, cerveaux embrumés ou en manque d’inspiration, tous auront raison de joindre le bout des doigts et pratiquer cette mudra. Que ce soit pour résoudre les crimes de votre entourage ou distinguer ce qu’il convient vraiment de connaître, nul doute que vous en ferez bon usage!


* Pour créer Sherlock, l’auteur se serait inspiré de son professeur Joseph Bell, médecin réputé pour ses facultés d’observation. A l’instar de son héritier de fiction, il avait la capacité de tirer à partir de détails insignifiants des informations capitales quant à la maladie et au mode de vie de ses patients. Nous ignorons toutefois s’il pratiquait Hakini mudra.

2 commentaires sur “Hakini mudra ou la logique jusqu’au bout des doigts

  1. Trop fort ce Conan Doyle !!! Même si j’adore les livres de cet auteur, je n’aime pas du tout, du tout cette série ! Chacune ses goûts (ben oui, pourquoi “chacun” !!!!) Merci beaucoup pour ces informations, je regarderai mes menottes d’un autre œil la prochaine fois que je les mettrai dans cette position !!!! Bonne continuation et bonne année (et bonne lecture au chaud avec un petit lait d’or !!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *