Mais au fait, d’où viennent les asanas?

Cela va bientôt faire 4 ans que j’ai découvert le yoga, ce qui, à en croire les parents de mon entourage, me propulse en plein dans “l’âge des pourquoi”. C’est ainsi que devant mon bol de céréales post-yoga matinal une question a pointé le bout de son nez. Ce sujet qui m’avait jusqu’alors paru évident, cousu de fil blanc, s’est transformé en une fraction de seconde en véritable obsession. Délaissant mon petit-déjeuner favori et dirigeant mon regard vers la seule personne présente, mon amoureux:

“Mais au fait, d’où viennent les asanas?”

Posture lion

Si l’on nous enseigne comment pratiquer une posture, on mentionne rarement son origine. Où les yogis des temps anciens ont-ils donc puisé leur inspiration pour nous transmettre ces postures désormais familières ?

Voici trois hypothèses.


Première source d’inspiration probable:
L’observation des animaux

Chat, Héron, Corbeau, Arbre, Faisan… Le nom des asanas nous fournit de précieux indices quant à leur origine. Les yogis étaient de fins observateurs et ils se sont sans aucun doute inspirés de leur environnement immédiat pour pratiquer les asanas.
Les commentaires des Yoga Sutras écrits par Vyasa vont dans le sens de cette théorie. En mentionnant la posture du Héron, Vyasa ne décrit pas comment faire la posture, mais souligne que cette posture, tout comme les autres postures assises, peut être comprise en observant les animaux assis.

“Le héron et d’autres postures assises [asana] peuvent être comprises en regardant réellement un héron assis” Vyasa, Yoga Sutra 2.46 

Certaines asanas sont donc les imitations de « postures » typiquement adoptées par les animaux. L’observation de la faune et de la flore environnante a sans nul doute été une source d’inspiration majeure pour ceux qui ont ouvert la voie du yoga.

tumblr_my6lc8Tyal1qzgrooo1_1280

Et encore aujourd’hui, quel yogi ne rêverait pas d’atteindre le relâchement musculaire et nerveux parfait de son compagnon félin?
Il suffit d’observer un chat qui semble dormir et qui soudain croit apercevoir une proie. En un bond et en une fraction de seconde, il passe de la relaxation profonde à l’action immédiate, pour revenir rapidement à un état de relaxation parfaite, le tout sans aucune dépense d’énergie superflue. Les animaux qui partagent notre quotidien sont donc bel et bien une source d’inspiration…


Deuxième source d’inspiration probable:
La formalisation de postures humaines naturelles

Si l’on considère que l’humain fait partie du règne animal, il serait logique de retrouver parmi les asanas traditionnelles des postures adoptées instinctivement par l’homme.

Cette hypothèse semble confirmée par les travaux de Gordon Hewes. Dans les années 1950, l’anthropologue américain a compilé les habitudes posturales majoritairement retrouvées à travers le monde, et il est intéressant de comparer ses travaux avec une encyclopédie des asanas. On remarque en effet de nombreuses similitudes : postures assises jambes croisées, lotus, diamant, squat, et même posture sur une jambe ressemblant à celle de l’Arbre se retrouvent en effet dans les croquis de Hewes.

Gordon Hewes

L’asana serait ainsi, tout simplement, la formalisation d’une posture humaine naturelle. Pour certains yogis, le but de la pratique posturale est de s’entrainer à rester le plus longtemps possible immobile sans inconfort, afin de pouvoir se consacrer pleinement à la pratique de la méditation. “L’asana” désignerait donc toute posture que l’on peut maintenir de manière prolongée: logiquement, ce sont les postures assises les plus conformes à notre physiologie, celles que l’on adopterait instinctivement (à condition que la chaise ne soit pas dans les parages).

Et peut-être les autres types de postures sont-elles nées du besoin de renforcer et assouplir un corps et des articulations qui pourraient être mises à mal par des périodes d’immobilité prolongée.


Troisième source d’inspiration probable:
La rencontre avec d’autres disciplines corporelles

La pratique du Hatha yoga s’est modifiée au fil des siècles, évoluant selon les besoins de l’époque et de l’individu. Certaines postures mentionnées dans les textes anciens n’ont plus grand chose en commun avec celles que l’on pratique aujourd’hui, si ce n’est leur nom.

Selon Mark Singleton, auteur d’un livre sur les origines de la pratique posturale moderne, certaines asanas sont nées récemment, résultats de l’influence d’autres disciplines corporelles sur le yoga. Krishnamacharya, dont les enseignements ont été décisifs, n’a pas hésité à innover et à s’inspirer d’autres disciplines pour répondre aux besoins de son temps. Lolasana serait ainsi une technique de renforcement des bras utilisée lors des entraînements en lutte indienne, tandis qu’Hanumanasana rappelle le grand écart des gymnastiques occidentales.

tumblr_my6lc8Tyal1qzgrooo10_540

Les postures que nous pratiquons aujourd’hui sont le résultat d’un processus d’évolution historique. Certaines seraient ainsi nées de la rencontre du yoga avec la gymnastique scandinave du 19e s et avec d’autres disciplines corporelles indiennes, telles que la lutte.


Les asanas sont en constante évolution: elles sont le fruit de longues heures d’observation et se nourrissent de diverses inspirations. Peut-être qu’à l’heure où j’écris ces lignes, une nouvelle asana voit le jour, que demain elle aura convenu à un yogi dans son cheminement spirituel, et que dans un an elle sera enseignée à 348 yogis aux 4 coins du mondes.

Nul doute que la question du dîner ne sera plus “D’où viennent les asanas?”, mais…  “Où vont les asanas?”


 Illustrations: Emanuele Scanziani

20 commentaires sur “Mais au fait, d’où viennent les asanas?

  1. Haha, j’ai récemment eu la même phase de questionnement à propos de la salutation au soleil : d’où vient-elle ou plus exactement qui l’a “inventée” ? En effet, elle n’est pas spécialement citée dans les ouvrages indiens traitant du yoga et il y a une sorte d’absence historique sur le sujet… Cet enchaînement est-il “récent” ou a-t-il évolué ? Était-il déjà pratiqué en Inde avant que le yoga soit popularisé, notamment à l’étranger ? Je n’ai pas vraiment trouvé de réponses à mes questions, si ce n’est que c’est probablement un enchaînement qui existe depuis longtemps, qui s’est transmis de maître à maître et qui a été popularisé entre autres par sri pattabi jois… (voir cet article http://www.yogajournalfrance.fr/les-origines-de-la-salutation-au-soleil/) Mais dans ce cas, pourquoi n’y a-t-il que quelques versions : quelqu’un a bien du “formaliser” l’enchaînement de base que nous connaissons ? Bref, tout ça reste assez vague donc je comprends tes questionnements ! En ce qui concerne les asanas, je pense personnellement (mais ce n’est qu’un avis bien sûr !) que la source d’inspiration a beaucoup été les animaux/la nature et tout simplement la recherche de toute une vie transmise de maître à élève… En effet, tu écris “logiquement, ce sont les postures conformes à notre physiologie, celles que l’on adopterait instinctivement (à condition que la chaise ne soit pas dans les parages).”. Au contraire, je trouve que la plupart des postures ne sont pas naturelles du tout, ni logiques : l’aigle, le chien tête en bas, la posture sur la tête, etc. Le but étant de pouvoir rester confortablement dans une posture pour méditer, je pense que justement, les asanas ont été volontairement recherchées pour renforcer et assouplir notre corps…

    Enfin, après je chipote avec les mots et encore une fois, ce n’est que mon avis… ^^ Merci pour cet article en tout cas super intéressant, comme toujours !!

    1. Haha, c’est marrant, je me suis penchée sur les origines de la Salutation au soleil aujourd’hui! Plutôt controversé, comme sujet ;-)

      Oui, je pense que tu soulèves un point intéressant à propos des asanas pour renforcer et assouplir notre corps. Peut-être que les plus anciennes asanas, celles qui sont mentionnées dans les traités “classiques” sont majoritairement des postures assises, qu’on peut maintenir plus longtemps, et qu’avec le développement de la pratique corporelle du yoga et l’adoption d’un mode de vie (peut-être?) moins physiologique, les asanas se sont développées dans le sens du renforcement et de l’assouplissement du corps? Je ne sais pas si c’est très clair (ça ne l’est pas trop dans ma tête en tous cas!)

      Un grand merci pour ta réflexion et à bientôt!

  2. Ha bah voui, c’est une excellente question tiens 🤔! 😄
    Merki de nous éclairer encore et toujours un peu plus sur le chemin du yoga en tout cas 😁👌🙏

    Yogiquement 🙏

  3. Bonjour Clémentine,
    Super cet article, Je ne me suis jamais posée la question vu que j’ai commencé le yoga il y a quelques mois et cela me fait beaucoup de bien, ça m’aide à me sentir beaucoup mieux dans mon corps et je pense que mon corps est en meilleur santé. En tout cas, merci pour cet article super intéressant, j’y compte bien pratiquer.
    A bientôt

  4. Bonsoir Clémentine, bonsoir tout le monde,
    Ca fait un moment que je veux écrire un commentaire “contre-dominant” sur l’origine des asanas. Une sorte de conclusion personnelle qui sort des sentiers battus. Mais ne vous inquiétez pas, les termes sont corrects et bien-pensants, là n’est pas la question.
    Puis-je ?

  5. Merci Clémentine. Voici donc mon commentaire mal-pensant.
    Il y a trois histoires.
    La plus connue et la plus commune est l’histoire collective temporelle. Vous savez, ce genre du truc où on vous dit dans 300 pages que telle personne a fait telle chose à telle époque. Il y avait des milliards d’individus qui vivaient à ce moment-là. Qu’importe, seule l’histoire du roi qui a fait la guerre, a conquis tel territoire, massacré des populations au passage est intéressante. Evidemment, personne n’y était. Ce n’est pas grave, les livres qui font rêver se vendent, font tourner le commerce et le reste passe après. Mais chaque mot de ce livre est un tissus d’illusions où l’auteur enjolive ce qu’il veut rendre/vendre à une communauté qui aime rêver. C’est le livre de l’histoire des assassinas, pardon… des asanas.
    Et puis, il y a l’histoire moins connue, notre histoire singulière. Vous le savez moins, il n’y a pas de truc ici. Vous êtes le ou la seule à la faire. Il n’y a personne d’autre que vous qui vivez à ce moment-là. Vous n’arrivez jamais à la trois-centième page. Dès que vous tournez la deuxième, vous retournez à la première. Et ça dure toute la vie. C’est très grave. Ce livre ne fait rêver personne. Il ne se vend pas, ne fait pas tourner le commerce est rien ne passe après car il n’y a ni avant ni après, que nous-même dans le présent. Dans ce livre, on ne rêve pas. On est confrontés à la dure réalité des samskaras, des fantômes, des traumatismes enfouis et refoulés qui remontent en surface et qui nous bousculent profondément. Mais ce prix à payer pour nous libérer en vaut largement la peine. C’est le livre de la pratique du yoga.
    Enfin, un jour, il n’y a ni histoire ni temps. Vous ne le savez pas du tout. Il n’y a ni vous, ni autre, ni gravité, ni rêve, ni vente, ni commerce, ni asanas, ni…. Rien d’autre qu’une éclatante lumière sans ombre où le temps s’arrête.
    A chacun son histoire.

  6. Merci à vous aussi Clémentine de m’offrir un espace d’expression.
    Au fait, j’allais écrire les assassinas… pardon, les asanas assis ; puis, je me suis rappelé qu’il y avait aussi les asanas deux-bouts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *