Torsion: comment votre ventre y répond

Quand il s’agit d’apprécier les effets physiologiques d’une posture de yoga, la famille des torsions a bonne réputation. En effet, de nombreux yogis vantent les bienfaits de la torsion en termes de détoxination et de soutien à la digestion. Est-elle à la hauteur de sa réputation? Que se passe-t-il dans votre estomac en Ardha Matsyendrasana? torsion


La torsion décongestionne le foie?

La « détox » est un terme à la mode et pour le moins controversé, controverse dans laquelle je ne me risquerais pas à poser le pied. La question n’est pas ici de savoir si l’organisme a besoin d’une cure détox, mais si la torsion peut soutenir l’organisme dans sa fonction d’épuration.

Les toxines, ce sont les déchets produits par l’organisme (résidus des processus respiratoires et digestifs), ou les déchets ingérés par l’organisme (conservateurs, pesticides et métaux lourds présents dans l’air que nous respirons, l’eau et les aliments que nous consommons).

Le corps humain est naturellement équipé pour évacuer les toxines, grâce à une subtile mécanique mettant en jeu l’urine, les excréments, la transpiration, et bien sûr l’expiration. Le foie joue un rôle clé dans ce processus: c’est lui qui va capturer, transformer et rendre inoffensifs les toxiques auxquels nous pouvons être exposés en mangeant, buvant ou en respirant. Les produits lipo-solubles sont ensuite reversés dans la bile, puis dans l’intestin, et éliminés dans les selles. Les produits hydro-solubles sont reversés dans le sang, qui les mène jusqu’aux reins : ils sont éliminés par les urines.

Le foie

Le squeeze-and-soak d’Iyengar

On pourrait alors concevoir l’effet détox de la torsion, suivant cette logique:

  • Le foie joue un rôle majeur dans la détoxination;
  • La torsion comprime les organes abdominaux, foie y compris;
  • La torsion accroît le débit sanguin vers le foie;
  • Accroître le débit sanguin vers le foie le « nettoie » et améliore son fonctionnement.

C’est la théorie popularisée par Iyengar et son fameux squeeze and soak, selon laquelle la torsion isole et comprime les organes digestifs, avec un effet « essorage » permettant d’évacuer le sang et les impuretés hors des tissus, lesquels sont ensuite imbibés de sang neuf, véritable bain de nutriments (imaginez une éponge). Selon l’auteur yogi Van Lysebeth, l’un des effets hygiéniques de la demi-torsion assise est ainsi de décongestionner le foie et l’ensemble du tube digestif.

Le foie n’a pas besoin d’une torsion

La théorie est contestée par d’autres spécialistes, pour qui cette affirmation ne correspond pas à la réalité physiologique: pratiquer une torsion n’améliore pas le fonctionnement du foie, dans le sens où la torsion n’influence pas directement son fonctionnement biochimique et cellulaire. Aucune posture/aliment/rituel spécifique ne peut d’ailleurs faire travailler le foie plus vite ni plus fort. Prétendre le contraire serait nier l’homéostasie du corps humain, sa capacité à maintenir son équilibre de fonctionnement.

Toutefois, le yoga peut soutenir le processus, en éliminant ce qui peut faire entrave à son fonctionnement optimal:

  • en réduisant le stress et en activant le système parasympathique,
  • en luttant contre le manque de mouvement et en stimulant le mouvement des organes abdominaux,
  • en faisant travailler le système cardiovasculaire,
  • en accroissant notre conscience du corps et de notre alimentation, et donc en évitant de surcharger notre foie.

Le yoga, et la torsion, soutiennent donc un mécanisme déjà existant et performant, celui mis en place par Mère Nature. Tout comme la « flexion-arrière-qui-ouvre-notre-coeur »,  la « torsion-qui-détoxine » devrait être comprise dans son sens métaphorique, une expression qui recouvre un processus plus global.


Si « se détoxiner » signifie évacuer ce dont le corps et le mental n’ont plus besoin,
alors oui, la torsion aide, sans aucun doute!


La torsion stimule la digestion?

Le yoga en général, et la torsion en particulier, ont plus d’un tour dans leur sac pour permettre au système digestif de fonctionner de manière optimale.

La digestion a besoin de relaxation

Tout d’abord en activant le système parasympathique, « celui qui apaise et digère ». Des flexions avant, des torsions douces, de longues expirations ont un effet relaxant qui permet au système nerveux d’enclencher le mode parasympathique. Le système parasympathique est dit trophotrope : son activation facilite la digestion en augmentant les sécrétions digestives et en accélérant le transit.

Favoriser le péristaltisme intestinal

Ensuite, d’un point de vue mécanique: en comprimant les organes digestifs, la torsion augmente l’afflux sanguin vers l’intestin grêle et le colon, ce qui a pour effet d’accroître le péristaltisme intestinal. En Viniyoga, on pratique flexions avant et torsions en retenant son souffle après l’expiration pour remédier à la constipation. Le fait de comprimer les organes digestifs (par l’expiration puis le mouvement de torsion) augmenterait la pression interne au niveau du gros intestin, ce qui en retour favoriserait le péristaltisme et la progression des selles dans le colon.

Si « stimuler la digestion » signifie « lutter contre la constipation », la torsion est donc une alliée de choix.

Mais, comme le souligne l’experte en anatomie du yoga Amy Matthews, si « stimuler la digestion » signifie « favoriser l’absorption des nutriments », alors la torsion n’est pas forcément d’un grand secours.


On aura beau l’examiner sous toutes les coutures, qu’elles soient physiologiques, anatomiques ou ayurvédiques, la posture de yoga conservera toujours sa (grande) part de mystère. Toutefois, comprendre ce qui se passe à l’intérieur de notre corps dans une posture permet de la pratiquer en respectant l’intelligence de l’organisme, pour accueillir au mieux ses bienfaits.


Respecter l’intelligence de l’organisme… ou comment ne pas faire entrave à son fonctionnement

Pas de torsion après le repas

Il est ainsi déconseillé de pratiquer directement après le repas, lors de la première phase du processus digestif. Même si les torsions favorisent la digestion, elles ne sont pas recommandées à ce stade… Dérouler son tapis se fait l’estomac vide, ou 2 heures après un repas léger.
La digestion se fait en effet dans le repos. Des mouvements vigoureux ralentissent la digestion, en entrainant le sang vers les poumons et les muscles concernés par l’activité en cours. Mais une promenade digestive ou quelques exercices de respiration après le repas, pourquoi pas…

Le côté droit d’abord

Certains professeurs de yoga préconisent de commencer la torsion par le côté droit  (en torsion assise, on se tourne d’abord vers la droite, main droite au sol). Van Lysebeth, dans son livre Je Perfectionne mon Yoga, insiste, lettres capitales à l’appui : « Il faut d’abord commencer par LE CÔTÉ DROIT DU VENTRE afin d’agir dans le sens du péristaltisme. Le colon ascendant, le foie et le rein droit sont stimulés à la première moitié de l’exercice, le colon descendant, la rate, le pancréas et le rein gauche dans la seconde partie de l’exercice ».


Si la torsion stimule la digestion des aliments, elle stimule aussi la digestion des émotions. La torsion permettrait en effet de libérer les tensions émotionnelles accumulées dans les parties du corps concernées. L’expérience le confirme… Comme on se sent bien, au sortir d’une torsion!
Et, finalement, c’est ça le plus important, non?


13 commentaires sur “Torsion: comment votre ventre y répond

  1. J’ai lu récemment dans un magazine un article sur la torsion et la detox. De base tout ce qui est détox me passe au dessus de la tête. Donc oui j’aime bien les torsion, surtout l’après où on se sent bien. C’est intéressant malgré tout d’imaginer ce qu’il peut se passer à l’intérieur :) par contre j’avoue, quand j’ai yoga à 18h30, j’ai souvent grignoté moins d’une heure avant la séance. Après je ne ressent pas d’inconfort donc ça dois aller :)

    1. Haha oui je pense que ton estomac te le ferait savoir d’une manière ou d’une autre si ce grignotage lui causait un inconfort! (Grignotage pré-séance de fin de journée, je connais ;))

  2. Merci pour tous ces articles, c’est simple j’adore :) le style, les infos et la motivation que ça donne pour progresser de son côté aussi
    Encore merci
    Sarah

  3. Merci Clémentine pour la qualité de tes articles.
    C’est pointu sans se vouloir inaccessible.
    Je te l’ai déjà dit, mais je le répète : j’aime (vraiment) beaucoup ton travail et ta personne !
    Belle journée et merci de ton don de soi.
    Vanessa

  4. Bravo pour cet article (et tous les autres) qui expose avec une belle objectivité neutre ce qui est si merveilleux dans le yoga, et ce qui tient du fantasme…
    Cela fait du bien de lire que notre corps est une magnifique machine ultra-perfectionnée qui souvent n’a pas besoin de notre aide pour bien fonctionner même si beaucoup de bienveillance et de soins sages et raisonnés peuvent la soutenir dans son travail permanent.
    Et pourquoi pas un jour un article sur détox ou pas détox?

    1. Merci Catherine! Cela me rappelle les mots de ma prof: « la pratique du yoga repose essentiellement sur l’intelligence intrinsèque du corps »… Je trouve cela tellement vrai!

  5. Parfois, on fait théoriquement dire au yoga ce qu’on veut pour justifier une importance qu’il n’a peut-être pas ; parfois encore, le yoga va plus loin qu’on ne l’imagine. Entre ces deux extrêmes, on ne sait pas où intellectuellement est la vérité. Dans la pratique, le ressenti, l’écoute du corps comme maître intérieur, l’attention au présent de ce qui se passe dans une posture, toutes les vérités écrites sur les torsions ne se manifestent peut être pas, mais sa propre vérité, oui. Depuis un mois, pas moyen de m’appliquer à une pratique régulière de postures, mon corps est bloqué alors que ma conscience s’enrichit. Cette vérité-ci, la mienne et uniquement la mienne, me fait perdre de nombreuses certitudes illusoires sur le yoga et mon corps : c’est un avancement.
    Des articles comme les vôtres, Clémentine, m’ancrent encore dans le yoga malgré une absence de pratique actuelle. Continuez !

  6. Pour en revenir aux postures de torsion est le foie… Quand un auteur affirme que le foie fonctionne à son maximum d’activité biochimique et qu’il ne peut donc pas être stimulé par une posture de torsion, je crois que l’auteur n’a pas compris de quoi il s’agit. Il ne s’agit pas d’un effet scientifique, matériel, visible par les sens ou les examens biologiques. Il s’agit d’une fonction énergétique associée à nos émotions déposées dans le foie. Une torsion ne tord peut être pas le foie au sens anatomique du terme, mais elle met en mouvement son énergie qui peut être bloquée, ce qui a un effet indéniable sur les émotions. En effet, de même que la vésicule biliaire, le foie est particulièrement impliqué dans la latéralité. Tout blocage manifeste un symptôme, émotionnel ou autre ; inversement, toute mise en mouvement détend et calme. C’est de cela dont il s’agit, même si les examens biologiques ne changent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *