Pour réguler votre Qi, mangez du kaki

Cet arbre est un plaqueminier. Son fruit est orange, légèrement translucide, doux ou astringent, avec un goût vanillé. On l’appelle figue caque, abricot du Japon, ou encore Persimon (“qui vient de Perse”, quand il vient en réalité d’Espagne). Mais on le connaît plus communément sous son nom japonais, le kaki.

Kakis2

La saison des kakis est courte. C’est de septembre à décembre que les feuilles rougissent et que les kakis mûrissent. Alors que toutes les feuilles tombent autour de lui, le kaki reste quant à lui bien accroché sur sa branche, donnant une touche de gaieté aux rameaux nus.

Qu’il soit vénéré (c’est le fruit national du Japon) ou mal aimé (à cause de son âpreté), le kaki a des vertus médicinales depuis longtemps reconnues en Asie. Outre son goût délicieux, voilà 4 bonnes raisons yogiques d’aimer le kaki…


1. Pour faire le plein d’énergie positive

En médecine chinoise, le kaki est réputé pour réguler le qi, ou énergie vitale. Par sa teneur en glucose, le kaki est en effet un concentré de bonne énergie! Et cela sans générer de pic de glycémie : grâce à ses fibres solubles, le kaki a une action positive sur le taux de sucre sanguin. Autrement dit, c’est un fruit idéal à consommer avant une séance de yoga. D’ailleurs, rien qu’en voyant ce plaqueminier, j’ai tout de suite eu envie de me mettre sur la tête.


2. Pour conserver votre jeunesse

Sa couleur orange vif trahit une richesse en bêta-carotène, le précurseur de la vitamine A: il favorise ainsi la cicatrisation de la peau et contribue à la protection de la rétine. Il contient également de la lutéine, du lycopène et des tanins (coupables de son astringence), lui conférant des pouvoirs anti-oxydants. Les flavanoides contenus dans le kaki comprennent les catéchines, aux pouvoirs anti-inflammatoires, anti-infectieux et anti-hémorragiques. Le kaki est donc un allié de choix dans la lutte contre les radicaux libres, responsables du vieillissement prématuré du corps. Pour pratiquer le yoga toute votre vie, mangez du kaki!

Pour la petite histoire, le kaki est considéré comme un symbole de longévité au Japon suite au bombardement de Nagasaki, où un arbre proche de l’épicentre a survécu.


3. Pour un bon transit intestinal

Les tanins du kaki jouent un rôle de régulation du mouvement intestinal, permettant de soulager les diarrhées. Le kaki contient également des fibres solubles (des pectines) qui agissent avec douceur sur le transit intestinal et luttent contre la constipation. Ces fibres ont un rôle prébiotique, c’est-à-dire qu’elles favorisent la biodiversité de votre flore intestinale. D’autre part, des études menées au Japon ont démontré qu’un régime alimentaire faisant la part belle au kaki agit favorablement sur le métabolisme des lipides, c’est-à-dire sur la manière dont le corps digère et assimile les graisses.

Kakis3


4. Pour renforcer votre immunité

Le kaki est une bonne source de vitamine C. Ce fruit d’automne est parfait pour renforcer votre immunité avant les grands froids hivernaux.


C’est bon à savoir

Il existe des variétés astringentes, et des variétés non astringentes. Les kakis que j’ai récoltés en Provence appartiennent à la première catégorie. Voici un truc pour éliminer l’astringence: les tremper dans un bain d’eau bouillante qu’on laisse refroidir pendant une nuit. On peut également les faire sécher (ça prend du temps, mais c’est très joli, voyez plutôt par ici). Pour accélérer la maturation et donc diminuer l’astringence, il y a aussi le truc du coup de froid : après la cueillette, placez-les plusieurs heures au congélateur.


Et ça, il vaut mieux le savoir

Attention, concernant les variétés astringentes, les kakis se consomment blets, c’est-à-dire très murs, ramollis par un commencement de décomposition. Dans le cas contraire, les tanins contenus dans le fruit se polymérisent au contact de l’estomac, formant des amas solides appelés bézoards. Ces amas ne se décomposent que par un traitement au laser.


j'aime2

 

7 commentaires sur “Pour réguler votre Qi, mangez du kaki

    1. Oui, rien que le mot est terrifiant ;-)
      Il y a des variétés qui se mangent dures, comme des pommes (et dont on peut manger la peau), sans aucun risque de bézoard.
      Le tout est de ne pas manger des variétés astringentes qui ne sont pas très mûres (comme ca m’est arrivé! Mais on le sent directement en bouche avec une astringence extrême).

  1. Ah oui tout ça! Je ne savais pas que ce fruit avait autant de vertus! Je n’en mange jamais pour être honnête, je ne sais même plus si j’aime ça! Mais je te promets, Clem, que le prochaine fois que j’en vois sur les marchés, je refais le test et je penserai à toi! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *