Quelle est la différence entre un Cobra et un Chien tête en haut?

En Vinyasa, on nous offre souvent le choix entre Chien tête en haut (Urdhva mukha svanasanaet Cobra (Bhujangasana). Elles se ressemblent visuellement et semblent délivrer les mêmes bienfaits. Cependant, à y regarder de plus près, on remarque qu’elles ont chacune leurs spécificités. Tout comme il n’y a pas deux synonymes parfaits, il n’y a pas deux postures similaires en tous points. Comment les différencier, et dans quelles circonstances privilégier l’une ou l’autre?

Cobra Chient tête en haut

  • En Cobra, les cuisses et les hanches sont en contact avec le sol. Les coudes peuvent être pliés: l’angle formé par vos bras dépend de votre capacité à ouvrir la poitrine sans décoller le pelvis du sol. Certaines variations du Cobra se font sans les mains, ce qui montre l’importance du travail musculaire au niveau des cuisses, du dos et des abdominaux. Un Cobra n’a pas de bras…
  • En Chien tête en haut, seuls le dessus des pieds et les mains sont en contact avec le tapis. Les bras sont tendus, formant une ligne droite des épaules aux poignets. Le poids du corps repose sur les mains et le dessus des pieds.

Cobra ou Chien tête en haut?

Progressivité

Tout dépend des circonstances et du moment dans la séquence. Progressivité est le mot-clé. Dans ma séance, je commence par un tout petit Cobra ou par la posture du Sphinx. Petit à petit, le Cobra grandit et l’ouverture de la poitrine se fait plus prononcée. Une fois bien échauffée, je m’enhardis en Chien tête en haut…

Position des mains et poignets sensibles

Dans une séquence Vinyasa, le Cobra suit généralement Ashtangasana, la posture des 8 points, tandis que le Chien tête en haut est la suite naturelle du Chaturanga.

La position de départ diffère au niveau du placement des mains: en Cobra, elles se situent sous les épaules, légèrement en avant du corps, tandis qu’elles encadrent la taille en Chien tête en haut.

Le Chien tête en haut met plus de pression sur les poignets: s’ils sont sensibles, il est préférable d’opter pour le Cobra.

Bas du dos

Selon mon professeur, si on est capable d’effectuer la transition « Planche – Chaturanga – Chien tête en haut – Chien tête en bas » sans poser les hanches, genoux et cuisses au sol, alors on a la force abdominale nécessaire pour pratiquer le Chien tête en haut, sans compromettre le bas du dos.

Rappelons ici qu’il est important de répartir harmonieusement le mouvement sur l’ensemble de la colonne, afin de prémunir le bas du dos d’une trop grande cambrure et d’une éventuelle blessure.
En Chien tête en haut, les épaules se situent au-dessus des poignets, de façon à protéger le bas du dos et favoriser l’ouverture au niveau thoracique. Si les épaules se situent en avant des poignets, on exerce une pression malvenue sur les poignets; si les mains se situent en avant des épaules, on concentre la courbure au niveau lombaire, ce que l’on cherche à éviter.
Si le Chien tête en haut avec les épaules au-dessus des poignets n’est pas accessible, mieux vaut alors pratiquer le Cobra, qui offre l’avantage de moduler l’intensité de la flexion arrière en pliant plus ou moins les bras, jusqu’à ce qu’on gagne en souplesse au niveau thoracique.

Énergie

J’ai longtemps mélangé les deux postures, pratiquant un entre-deux confortable: bras tendus, hanches soulevées, mais cuisses au sol. Et c’est bien dommage de les mélanger, car elles ont chacune leurs bienfaits…

D’un point de vue énergétique, le Cobra me procure un sentiment d’ancrage plus important, une sensation de stabilité dans l’ouverture, tandis que le Chien tête en haut me fait ressentir force et légèreté, dynamisme et intensité, avec un effet tonifiant au niveau des jambes.


Et vous, comment différenciez-vous ces postures au sein de votre pratique?
Dans quelle situation privilégiez-vous l’une ou l’autre?


Images des postures: yogainternational

11 commentaires sur “Quelle est la différence entre un Cobra et un Chien tête en haut?

  1. Bonjour Christine,
    Voici une expérience personnelle concernant le cobra. Nous sommes tenus par les deux ceintures, scapulaire en haut et pelvienne en bas. Au milieu, la zone lombaire est souple et relâchée, tandis que la poitrine s’élève-avance devant, vers l’autre, sans autre support, psychique, que la confiance en cet autre càd en soi. Je me suis demandé s’il n’y avait pas de rapport entre ces deux événements. Je n’ai pas de réponse absolue, peut être que d’autres pratiquants peuvent accompagner ou réfuter mon ressenti. La zone lombaire est celle de svadhishtana, là où la personnalité se forme de 7 à 14 ans. La souplesse de cette zone signifie une confiance en soi, corollaire d’une distance prise par rapport à l’autre pour lui laisser une place. Cette attitude accompagne l’ouverture du cœur d’anahata qui n’a pas peur de s’avancer en avant pour recevoir l’extérieur ; lui en offrir un, ouvert, aussi. Dans le cobra, l’attention est portée sur la poitrine ouverte à l’extérieur, mais c’est dans la zone lombaire, moins visible, que le travail d’ouverture à l’intérieur se fait.
    Je dirais que la ferme application sur le support terrestre construit d’une manière plus évidente cette relation soi-autre que le chien tête en haut. Cette dernière comparaison est peut-être trop théorique. Les avis des autres sont alors utiles.

  2. Bonjour et merci pour ce site, il confirme mon envie de decouvrir le yoga!!!!
    Peux tu me conseiller un enseignant sur Marseille ??
    D’avance merci
    Hélène

  3. Bonjour à toutes,
    Je peux ajouter qu’un vrai cobra est capable de redresser environ 1/3 de son corps au dessus du sol (en position d’attaque, d’intimidation…) cela veut donc dire les les 2/3 restent au sol, comme dans la posture éponyme où on est ancré dans le sol des pieds jusqu’au pubis! Quand au Chien tête en haut, aucun chien n’a le ventre qui touche le sol, pas même les teckels…;)
    Bonne continuation.

  4. Je me permets Sylvia de vous dire que si l’animal cobra se redresse en position défensive et d’attaque, l’humain yogi fait de même pour maîtriser ces pulsions. Il se redresse pour accueillir, recevoir et donner. Il présente sa poitrine sans défense parce qu’il a confiance, non parce qu’il craint l’autre. Dans une perspective de transformation de la conscience, cette attitude est la conséquence du travail fait dans le chakra sacré.

  5. Bonjour Clémentine.
    J’aimerais avoir ton avis concernant la position des jambes: « serrées » et talons joints? gros orteils qui se touchent mais talons en dehors? ou carrément jambes écartées? Je me pose ses questions afin de ne pas me blesser au niveau lombaire ou sacro-iliaque.
    Namaste, Sylvia.
    PS Site méga-super!!!

  6. Bonsoir Clémentine,
    Après mes joutes symboliques sur le cobra qui valent ce qu’elles valent, votre article a continué de faire son chemin à l’intérieur moi, pendant 2 mois et demi, même sans le relire. Depuis deux semaines, j’ai abandonné le cobra pour le chien tête en haut afin de me rendre compte de la différence, non pas physique, il n’y a qu’à vous lire pour le saisir, mais pranique.
    D’abord, nous constatons des effets, non pas parce qu’ils sont écrits dans les livres, mais en fonction de ce que nous attendons personnellement d’une posture. Voici donc ce que je cherche.
    Je considère l’asana comme une extension de la méditation. Comme j’ai du déjà l’écrire, comme un miroir de ma conscience. Rien ne m’intéresse d’autre que l’attention au présent de ce qui se passe à l’intérieur d’une position du corps. Cela ne veut pas dire que je réussis toujours, mais que cela même est le chemin pour moi.
    Je ne cherche ni bandha ni respiration particulière, simplement m’attentionner au mouvement naturel du souffle quelle que soit la posture pratiquée.
    Et là, il y a un très grande différence entre le cobra et le chien tête en haut. Elle rend toutes les autres comparaisons secondaires. Dans cette dernière posture, du fait que le corps ne touche pas le sol, la respiration est plus ample et plus profonde. C’est indéniable ! Quand je relâche les lombes, je sens le souffle qui envahit le bas-ventre et la région lombaire. Surtout, mon attention sans pensées et plus soutenue. Je dirais donc que cette posture a plus un effet méditatif que le cobra. Je vais continuer une période avec le chien tête en haut pour voir l’effet que cela a sur ma conscience.
    J’aimerais un retour d’expérience des autres pratiquants en fonction de leur recherche et de leur besoin.
    Merci à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *