Comment votre relation au yoga reflète votre relation à la nourriture

Petite confidence du jour : j’ai une légère tendance à manger trop, et trop vite. Et parfois, c’est pareil sur mon tapis de yoga. Je m’empiffre d’asanas que je ne digère pas toujours. Ou alors, je saute des repas – et des séances de yoga.

Manger du yoga

Comme je crois sincèrement que l’on se nourrit autant sur son tapis que dans son assiette, je vais vous dévoiler les 6 pratiques du yogi consciencieux -que j’essaie d’appliquer- pour savourer son yoga et en digérer les bienfaits, séance après séance.


1.Honorez-vous votre pratique?

Comme le mangeur consciencieux apprécie son repas avant de le déguster, le yogi consciencieux consacre quelques instants au début de sa séance pour prendre conscience du bien-être apporté par la pratique. Il éloigne les éléments perturbateurs, éteint télévision et téléphone et se laisse absorber par le Yoga. Si s’appliquer demande de l’attention, s’impliquer requiert de l’intention. Avec quelle intention pratiquez-vous ? (Question à se poser avant de commencer). C’est un rituel que j’ai découvert dans mon école de yoga, et la pratique prend un autre sens quand je me rappelle pourquoi j’adopte des postures sur un tapis.

À la fin de la séance, après la relaxation finale, le yogi consciencieux prend le temps de se remercier (intérieurement), de remercier son professeur ou les « chercheurs en yoga » des siècles passés qui l’ont guidé tout au long de sa pratique.


2.Engagez-vous tous vos sens?

Comme il savoure un plat, le yogi consciencieux savoure son yoga. Se concentrer sur les sensations perçues par les yeux, la peau, les oreilles, le nez. Prendre le temps de percevoir le contact des mains et des pieds sur le tapis de yoga. Appuyer au lieu de s’appuyer. Ressentir la chaleur qui se répand au fil des asanas. Reconnaître ces sensations… puis essayer d’en faire abstraction.


3.Pratiquez-vous à votre faim?

On dit qu’il ne faut pas sauter de repas… De même, si le corps s’attend à recevoir sa séance de yoga quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou annuelle, l’en priver serait comme l’affamer.

À l’inverse, si trop manger équivaut à fatiguer son système digestif, fournir trop d’effort pour se surpasser, c’est surmener son corps et son mental. Rappelez-vous qu’un asana qui fait mal est un asana mal fait. « L’effort dans le confort », telle pourrait être la devise du yogi consciencieux.


4.Savourez-vous chaque asana?

Une posture dans une séance de yoga, c’est comme une bouchée dans un repas: chacune devrait être savourée avec la même intensité. Tout comme chaque bouchée contribue à l’harmonie des goûts, chaque posture participe à l’équilibre de la séance. Et puis, c’est tout de même triste d’engloutir son entrée en ne pensant qu’au dessert, vous ne trouvez pas ?

Si le temps vous est compté, il vaut mieux manger peu et lentement plutôt que trop et trop vite. Idem sur un tapis de yoga : le yogi consciencieux préfère réduire le nombre d’asanas plutôt que les accélérer.


5.Pratiquez-vous à heures régulières?

La régularité crée l’habitude. Le corps habitué à manger à heures régulières serait mieux préparé à la digestion. De même, le corps habitué à pratiquer à certaines heures serait plus réceptif aux bénéfices des asanas. C’est la théorie défendue par Van Lysebeth : vous pouvez choisir de pratiquer indifféremment matin, midi, ou soir, mais de préférence, essayez de vous tenir à ce choix. Mon moment yoga favori, c’est le matin, au réveil. Et si je zappe ce moment, mon corps me le reproche toute la journée!


6.Variez-vous les asanas?

Varier les menus, c’est être assuré d’avoir toutes les vitamines et nutriments nécessaires à l’équilibre physique, émotionnel et mental. Varier les postures de yoga, c’est vous assurer de toucher toutes les parties de votre corps et de votre être. Et ça vous permet de ne pas vous lasser.

Pour varier vos menus de façon équilibrée, vous pouvez piocher dans les mêmes familles d’aliments. Pour varier vos séances, vous pouvez choisir une posture dans chaque grande famille de mouvements (flexions avants, arrières, latérales, torsions, inversions ou équilibres).

Tout comme je pourrais me nourrir de potimarrons matin, midi et soir, j’ai tendance à répéter tous les jours les mêmes asanas (mes préférés du moment ? la torsion assise et la posture sur la tête). Pour y remédier, j’essaie de les bannir de ma séance un jour par semaine. Bon ben… bien obligée d’en choisir d’autres!

Et maintenant, à quelle sauce allez-vous déguster votre yoga?


j'aime2

10 commentaires sur “Comment votre relation au yoga reflète votre relation à la nourriture

  1. Bonjour je commence la pratique du yoga j’apprécie de jour en jour et j’ai également changer d’alimentation je me sens plus léger. Merci la vie. …. Gil

  2. Merci pour ces paroles pleines de bon sens, mais qu’on a besoin d’entendre souvent !
    Concernant les tote bags, j’aimerais connaître leurs dimensions et savoir s’il y a un soufflet sur le côté.

    1. Merci Nathalie :-)
      Pour les tote bags, il y a effectivement un soufflet sur les côtés d’environ 5-6cm. Il mesure 43cm de haut sur 26 de large, avec une contenance de 10L. J’ai mis à jour sur la boutique, merci pour ta question!!
      Belle soirée

  3. Très sympa une fois de plus ton article, Clem :) Pour ma part, le plus difficile serait peut-être de varier les asanas.. Quand on entre dans une routine, difficile de sortir de cette petite zone de confort! Mais tu me rappelles qu’il faut y travailler!

  4. Super article ! J’adore le rapprochement entre pratique de yoga et alimentation :) bien vu ! Pour ma part, je crois que le plus difficile est de ne pas sauter les séances et de penser à varier…il y a du boulot encore pour être une yogini consciencieuse :) Merci d’être là !

  5. Merci pour ce joli blog Clémentine! Je viens tout juste de me mettre au yoga depuis seulement quelques mois, ma mère l’a pourtant pratiqué et le pratique encore depuis bientôt vingt-cinq ans mais j’avais beaucoup de préjugés sur cette discipline. Je me suis lassée de tous mes cours de pilates, de fitness où je ne trouvais plus de sens, le yoga agit sur mon mental et sur mes émotions et m’a permis de trouver un nouveau point commun avec ma maman. Ton blog est une grande source d’inspiration en tant que débutante . Encore Merci !!!!!!

    1. Merci Alice pour ton message dans lequel je me reconnais… Pareil, il y a quelques années, le yoga ce n’était « pas pour moi », ouverture des chakras et compagnie, non merci! Et puis j’ai laissé de côté mes a priori pour profiter d’une belle découverte…
      Je partage cette passion avec ma maman qui pratique depuis plusieurs années également. Elle pense même faire une formation de prof l’an prochain. Je te souhaite de belles découvertes et de beaux partages familiaux ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *